La conduite écologique : Principes de base

La conduite écologique : Principes de base

La pollution due aux voitures connaît une hausse de 30 % au cours de ces deux dernières décennies. Cette augmentation de la pollution due aux transports résulte de l’accroissement du parc automobile dans de nombreux pays, des encombrements urbains mais aussi de l’usage de voitures d’occasion. L’éco-conduite est l’un des moyens indiqué pour limiter la pollution due aux voitures. Voici les règles de base de ce mode de conduite respectueux de l’environnement.

Bien entretenir son véhicule

L’entretien régulier de sa voiture permet une limitation de l’émission de gaz à effet de serre dans l’atmosphère mas aussi une réduction significative de la consommation en carburant. Cet entretien passe par le respect d’une certaine fréquence pour la vidange, le changement du filtre à air lorsqu’il est usé, la révision du carburateur. L’usage d’une huile moteur à haute performance est conseillé pour que le moteur tourne sans trop de frottements. Il est également essentiel de veiller à la bonne pression des pneus. Lorsque la pression des pneumatiques n’est pas convenable, la résistance aux frottements s’accroît en effet et engendre une surconsommation de carburant de l’ordre de 8 % environ. A cause de l’échauffement des pneumatiques à la suite d’un gonflage non calculé, les risques d’éclatement, après quelques kilomètres seulement, sont aussi à craindre.

Eviter les charges superflues

Le principe est simple : une voiture aérodynamique consomme moins de carburant. Quel que soit le type de voiture à sa disposition, il est important de veiller à ce que son aérodynamique soit optimale. Quand la résistance de l’air est significative, la surconsommation de carburant devient effectivement inévitable. Il est alors judicieux d’éviter les charges futiles et encombrantes. Il faut limiter les bagages à emporter, même pour les voyages et les déplacements sur une longue distance. La galerie du toit est à enlever. Cet élément ne fait que diminuer l’aérodynamique du véhicule. Autre élément essentiel, le carburant augmente aussi le poids de la voiture. Il convient alors de remplir son réservoir en fonction de la distance à parcourir. Faire le plein pour rouler sur une distance de seulement 100 km ou 200 km est contraire à la conduite éco-citoyenne.

Rouler à vitesse constante

Utiliser le moteur à pleine puissance ne fait qu’augmenter la consommation de carburant. Les règles de la conduite écologique veulent alors que les chauffeurs roulent à vitesse constante. Le mieux est de respecter la vitesse indiquée pour la conduite en agglomération et hors agglomération. Ainsi, il est possible de rouler tranquillement sans créer des embouteillages ni gêner les usagers de la route. Cette manière de faire permet une réduction de la consommation du carburant jusqu’à 30 %.

Réduire la vitesse de 10 %

Une réduction de 10 % de la vitesse, par rapport aux limitations de vitesse indiquées, est indispensable lorsqu’il est question de rouler sur autoroute ou hors agglomération. En adoptant ce procédé, les chauffeurs permettant une économie d 1 litre de carburant sur 100 kilomètres et par là même un entretien optimal du moteur.

Choisir un rapport de vitesse élevé

La limitation de la consommation de carburant passe par la réduction du régime moteur. Il est donc essentiel d’utiliser, autant que possible, le 4e rapport ou le 5e rapport de la boîte de vitesses tout en roulant constamment. Cela évite trop des frottements internes dans le moteur et par là même la surconsommation de carburant.

Toujours utiliser le frein moteur

Conduire constamment et sans à-coups, c’est très important pour diminuer la consommation en carburant. En plus de la conduite à vitesse constante, il convient de toujours utiliser le frein à moteur. Les ralentissements et arrêts nécessaires sont à anticiper afin d’éviter des freinages trop brusques. Pour ralentir ou s’arrêter, la démarche consiste à décélérer doucement et changer de vitesse en fonction du tour moteur. Il est encore important de garder une bonne distance de sécurité pour faciliter l’anticipation des obstacles, ralentissements et arrêts indispensables. En plus de la prévention de la surconsommation de carburants, cette méthode de conduite permet de minimiser les accidents.

Eviter les embouteillages

Les encombrements urbains sont sources de surconsommation. Les chauffeurs pris dans des embouteillages sont en effet obligés d’utiliser des rapports très bas de la boîte de vitesse. Couper et démarrer tout le temps le moteur n’est toutefois pas une solution parce que cela risque d’abîmer la voiture. Pour limiter la consommation de carburant, il convient alors de prévoir les encombrements, les travaux, les détours. L’usage d’un GPS et la consultation régulière de Google Maps permettent une bonne sélection des chemins à emprunter.

Ne pas abuser du climatiseur

La climatisation est à oublier, notamment s’il est question de rouler sur une petite distance. Même pour les longs trajets, s’arrêter quelques minutes sur un endroit ombrageux est plus indiqué que l’usage de la climatisation. Cet élément de confort engendre en effet une hausse jusqu’à 5 % de la consommation de carburant.

Ne pas laisser tourner le moteur à l’arrêt

Pour la limitation de la consommation de carburant, il est conseillé de ne pas laisser tourner le moteur à l’arrêt. Quand l’arrêt prévu est au-delà de 30 secondes, cette règle s’impose. Elle n’est toutefois pas très valable pour les chauffeurs pris dans des embouteillages, sauf si le voitures devant sont immobiles pendant des minutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>