La conduite écologique : Principes de base

La conduite écologique : Principes de base

La pollution due aux voitures connaît une hausse de 30 % au cours de ces deux dernières décennies. Cette augmentation de la pollution due aux transports résulte de l’accroissement du parc automobile dans de nombreux pays, des encombrements urbains mais aussi de l’usage de voitures d’occasion. L’éco-conduite est l’un des moyens indiqué pour limiter la pollution due aux voitures. Voici les règles de base de ce mode de conduite respectueux de l’environnement.

Bien entretenir son véhicule

L’entretien régulier de sa voiture permet une limitation de l’émission de gaz à effet de serre dans l’atmosphère mas aussi une réduction significative de la consommation en carburant. Cet entretien passe par le respect d’une certaine fréquence pour la vidange, le changement du filtre à air lorsqu’il est usé, la révision du carburateur. L’usage d’une huile moteur à haute performance est conseillé pour que le moteur tourne sans trop de frottements. Il est également essentiel de veiller à la bonne pression des pneus. Lorsque la pression des pneumatiques n’est pas convenable, la résistance aux frottements s’accroît en effet et engendre une surconsommation de carburant de l’ordre de 8 % environ. A cause de l’échauffement des pneumatiques à la suite d’un gonflage non calculé, les risques d’éclatement, après quelques kilomètres seulement, sont aussi à craindre.

Eviter les charges superflues

Le principe est simple : une voiture aérodynamique consomme moins de carburant. Quel que soit le type de voiture à sa disposition, il est important de veiller à ce que son aérodynamique soit optimale. Quand la résistance de l’air est significative, la surconsommation de carburant devient effectivement inévitable. Il est alors judicieux d’éviter les charges futiles et encombrantes. Il faut limiter les bagages à emporter, même pour les voyages et les déplacements sur une longue distance. La galerie du toit est à enlever. Cet élément ne fait que diminuer l’aérodynamique du véhicule. Autre élément essentiel, le carburant augmente aussi le poids de la voiture. Il convient alors de remplir son réservoir en fonction de la distance à parcourir. Faire le plein pour rouler sur une distance de seulement 100 km ou 200 km est contraire à la conduite éco-citoyenne.

Rouler à vitesse constante

Utiliser le moteur à pleine puissance ne fait qu’augmenter la consommation de carburant. Les règles de la conduite écologique veulent alors que les chauffeurs roulent à vitesse constante. Le mieux est de respecter la vitesse indiquée pour la conduite en agglomération et hors agglomération. Ainsi, il est possible de rouler tranquillement sans créer des embouteillages ni gêner les usagers de la route. Cette manière de faire permet une réduction de la consommation du carburant jusqu’à 30 %.

Réduire la vitesse de 10 %

Une réduction de 10 % de la vitesse, par rapport aux limitations de vitesse indiquées, est indispensable lorsqu’il est question de rouler sur autoroute ou hors agglomération. En adoptant ce procédé, les chauffeurs permettant une économie d 1 litre de carburant sur 100 kilomètres et par là même un entretien optimal du moteur.

Choisir un rapport de vitesse élevé

La limitation de la consommation de carburant passe par la réduction du régime moteur. Il est donc essentiel d’utiliser, autant que possible, le 4e rapport ou le 5e rapport de la boîte de vitesses tout en roulant constamment. Cela évite trop des frottements internes dans le moteur et par là même la surconsommation de carburant.

Toujours utiliser le frein moteur

Conduire constamment et sans à-coups, c’est très important pour diminuer la consommation en carburant. En plus de la conduite à vitesse constante, il convient de toujours utiliser le frein à moteur. Les ralentissements et arrêts nécessaires sont à anticiper afin d’éviter des freinages trop brusques. Pour ralentir ou s’arrêter, la démarche consiste à décélérer doucement et changer de vitesse en fonction du tour moteur. Il est encore important de garder une bonne distance de sécurité pour faciliter l’anticipation des obstacles, ralentissements et arrêts indispensables. En plus de la prévention de la surconsommation de carburants, cette méthode de conduite permet de minimiser les accidents.

Eviter les embouteillages

Les encombrements urbains sont sources de surconsommation. Les chauffeurs pris dans des embouteillages sont en effet obligés d’utiliser des rapports très bas de la boîte de vitesse. Couper et démarrer tout le temps le moteur n’est toutefois pas une solution parce que cela risque d’abîmer la voiture. Pour limiter la consommation de carburant, il convient alors de prévoir les encombrements, les travaux, les détours. L’usage d’un GPS et la consultation régulière de Google Maps permettent une bonne sélection des chemins à emprunter.

Ne pas abuser du climatiseur

La climatisation est à oublier, notamment s’il est question de rouler sur une petite distance. Même pour les longs trajets, s’arrêter quelques minutes sur un endroit ombrageux est plus indiqué que l’usage de la climatisation. Cet élément de confort engendre en effet une hausse jusqu’à 5 % de la consommation de carburant.

Ne pas laisser tourner le moteur à l’arrêt

Pour la limitation de la consommation de carburant, il est conseillé de ne pas laisser tourner le moteur à l’arrêt. Quand l’arrêt prévu est au-delà de 30 secondes, cette règle s’impose. Elle n’est toutefois pas très valable pour les chauffeurs pris dans des embouteillages, sauf si le voitures devant sont immobiles pendant des minutes.

Pour économiser, voyagez léger !

Toute charge supplémentaire ou tout objet entraînant une résistance à l’air supplémentaire feront augmenter la consommation et la pollution de votre véhicule.

Pour économiser, mieux vaut donc voyager léger !

Quelques conseils :

    1. Pensez à démonter vos barres de toit et portes-bagages de toit quand vous ne les utilisez pas.
      Ceux-ci augmentent la résistance à l’air de l’ensemble de votre véhicule et, de ce fait, le moteur doit fournir une énergie plus importante. Le moteur demande donc plus de carburant et dégage une quantité plus importante de dioxyde de carbone (CO2).
    2. De même, pensez à n’emporter que l’indispensable.
      Inutile de laisser traîner dans le coffre de la voiture le sac de terreau de 50 kg acheté la semaine dernière ou le porte-vélo pour la ballade en VTT du week-end ! Toute charge supplémentaire entraîne une surconsommation de votre véhicule, pensez-y !

Un appareil électrique consomme de l’énergie !

Un appareil électrique à besoin d’une source d’énergie pour fonctionner.
Cette énergie est fournie par la batterie, batterie qui est elle-même rechargée par le moteur.
Vous l’aurez compris, l’utilisation d’un appareil électrique à bord de votre véhicule augmente sa consommation et vous fais perdre de l’argent !

Quelques conseils pour économiser :

    1. N’utilisez la climatisation qu’en cas de nécessité.
      Celle-ci est très gourmande en énergie et entraîne une surconsommation significative de votre véhicule.
      Préférez l’ouverture des vitres à l’utilisation de la climatisation.
    2. Les autoradios puissants consomment également une grande quantité d’énergie. De même pour un amplificateur externe.
      Sans aller jusqu’à vous passer de votre émission préférée, l’autoradio (ou radio de char pour nos amis québécois !) d’origine est en général bien adapté à vos besoins.
    3. Pensez également aux petits appareils divers et variés qui ne sont pas forcément utiles :
      La glacière de voiture, le lecteur de DVD pour les enfants, le GPS, le mini-ventilateur etc …

Roulez à vitesse constante et économisez !

Une règle de base dans le domaine de l’éco-conduite est d’essayer au maximum de rouler à une vitesse constante.

Les accélérations et décélérations brutales entraînent une surconsommation de votre moteur.
En roulant à vitesse constante, vous économisez du carburant (donc de l’argent !) et les rejets en CO2 de votre véhicule seront moindres.

Quelques conseils pour économiser de l’argent :

    1. Essayez de rouler à vitesse constante.
      Maintenez une distance suffisante entre votre véhicule et celui vous précédant de façon à pouvoir anticiper les freinages.
    2. Rien ne sert d’accélérer brutalement ou de “coller” le véhicule devant vous.
      Au lieu de freiner avec le frein à pied, maintenez une distance respectable avec le véhicule vous précédant et ralentissez en utilisant votre frein moteur.
    3. Le conseil précédent s’applique également à l’approche d’un feu rouge.

    4. Roulez toujours avec le rapport de boîte de vitesse le plus élevé possible.

Pneus bien gonflés = sécurité + consommation réduite !

Les pneus sont des organes essentiels de votre véhicule.

Ce sont les seuls liens entre la route et votre automobile ! Il faut donc en prendre particulièrement soin !

La pression de vos pneumatiques joue un rôle primordial pour votre sécurité mais également dans la consommation de votre véhicule.

Des pneus sous ou sur-gonflés vont entraîner une perte d’adhérence.

Quelques conseils :

  1. Vérifiez la pression de vos pneumatiques régulièrement et lors d’un départ pour un long trajet.

En roulant avec des pneus sous-gonflés, votre consommation de carburant peut augmenter jusqu’à 8% !

Le Shifting up ou l’art de monter les rapports

Pour faire des économies, il est nécessaire de monter les rapports de votre boîte de vitesse lorsque le moteur tourne entre 2000 et 2500 tours par minute. Cette règle est valable aussi bien pour les véhicules fonctionnant à l’essence que pour ceux fonctionnant au diesel.

Pourquoi ?

Quand votre moteur est en fonctionnement, celui-ci produit une certaine quantité d’énergie. Malheureusement, bien qu’une partie de cette énergie soit redistribuée aux roues, une grande partie est perdue à cause des frottements, c’est ce que l’on appelle la “friction mécanique”. Hors, il est prouvé que cette énergie perdue augmentent de façon exponentielle avec la vitesse de rotation du moteur. Conclusion, pour réduire votre consommation, passer le rapport supérieur le plus rapidement possible et conduisez toujours au rapport le plus élevé possible.

Il est nécessaire d’utiliser le tachymètre de votre véhicule pour visualiser la vitesse de rotation du moteur. Sur une voiture possédant une boîte de vitesses automatique, il sera nécessaire de retirer brièvement le pied de la pédale d’accélérateur de façon à ce que le calculateur électronique passe le rapport supérieur.